Notifications
Retirer tout

Accords enrichis


 Anonyme
Inscription: Il y a 53 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Bonjour,

j'ai la même question par rapport à l'identification des accords renversés , dans le cas où cela suis la logique du cours (d'abord il y a les  accords enrichis sur les 4 cordes puis les 6 ) je comprends que l'on puisse voir des renversements d'accords. Mais dans une pièce musicale comment être sûr que la suite de note par exemple GCGCEG est un C/G  ? Est-ce qu'il faut s'en tenir seulement aux notes qui composent l'accord pour en déterminer sa notation ? (étant donné que CEG sont les notes de l'accord C , il ne peut pas s'agir d'un autre accord est-ce bien cela ?


Citation
Étiquettes du sujet
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 27
 

Bonjour,

Au jour 12 du module 3, il est question d’accords enrichis, mais plus spécifiquement de triades enrichies. C’est-à-dire, l’ajout d’une note ou plus à la structure d’une triade quelconque.

Donc à propos de l’identification d’un accord, si nous avons par exemple une triade en position de second renversement : GCE,  celle-ci s’écrira comme suit : C/G. En ajoutant à cette même triade une fondamentale, une octave plus basse, cette fondamentale devient par conséquent la note basse de l’accord, on obtient alors la structure suivante : CGCE. Pour identifier cette structure sur une partition, on n’écrira pas « C/C », mais simplement « C ». Dans un contexte où l’accord enrichi « CGCE » se trouve sur les cordes 2,3,4 et 5 de la guitare, il est possible d’enrichir cet accord en ajoutant une ou deux quintes « G », soit sur la première ou la sixième corde, ou sur les deux. Dans le cas où on ajoute la quinte « G » sur la première corde, la structure devient alors la suivante : CGCEG, qui sera aussi identifié par la lettre « C », parce que la note basse de l’accord est un « C ». Par contre, si on ajoute un intervalle de quinte (G) une octave plus basse et/ou plus haute à la structure « CGCE » on obtient les accords enrichis suivants : GCGCE et/ou GCGCEG, tous deux identifiés de la façon suivante sur une partition: C/G. Si je retire le « C » grave de la structure de l'accord « GCGCE », j’obtient alors l’accord ouvert suivant : G―GCE, s’écrivant aussi C/G.

En réponse à votre question, lorsque vous analysez le contenu d’une partition (surtout s’il n’y a pas de tablature et que celle-ci est simplifiée) plusieurs options peuvent s’offrir à vous. Donc, vous ne pourrez peut-être pas savoir précisément quelle est la structure de l’accord demandé. Par conséquent, il vous faudra vous en tenir au contexte de la partition et de son environnement sonore, c’est-à-dire de ce qui vient avant et après l’accord en question, le timbre de cet environnement sonore, le style musical (rock, jazz, funky, classique, etc.), s’il y a présence d’autres instruments comme une basse et en tenant compte aussi de la mélodie.

Cordialement,


RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 53 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Bonsoir,

Je vous remercie pour votre réponse complète et enrichissante. Si je comprend bien il faudra s'en tenir au positionnement de doigt au final ? tout en tenant compte de la "logique" des accords précédents et succédant à cet accord pour en comprendre comment le "former" et le jouer. Avec les accords ouverts , possibilités que j'ignorais cela "complique" un peu , comment cela se fait qu'avec la structure G_GCE il s'agit d'un C/G ? est-ce lié à la structure des accords "rock" ? 

Bien à vous


RépondreCitation
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 27
 

Bonjour,

L’accord ouvert G-GCE n’est pas un accord usuel à ma connaissance. Il fut seulement donné en exemple dans le contexte où nous avions une triade en second renversement C/G à laquelle on rajoutait un G comme note basse pour démontrer que même ainsi, le nom de l’accord ne changeait pas. Dans l'exemple donné, il n'y avait aucune allusion entre les notes composant l’accord GGCE et les notes d'un accord rock GDG.

Au plaisir,


RépondreCitation
Share: